27/05/2006

FRANCA RAVET

Franca Ravet en voyage

Ce n’est pas la première fois que cette étoile montante change de point cardinal.

On l’a vue en France, au Portugal, en Hollande.

Après quelques bonnes expositions à Bruxelles, la voici à Luxembourg, dans la ville même et dans une galerie bien établie.

Plus question ici de recherche d’identité, d’analyse d’un passé-présent, mais une œuvre soudain devenue plus sereine.

Les volumes sont amples, les visages plus larges et les morceaux écrits se rapprochent de la bande dessinée avec une interrogation sur la vie et des doutes face au destin.

L’artiste s’exprime sur carton, bois, papier ou toile avec ou sans marouflage; elle ne fait aucune tentative de séduction au niveau de la palette. Les gris, le blanc, les bruns profonds ou l’ocre agissent en contrepoint et rythment le propos.

On est proche du rap qui dénonce et exige.

En cela, Franca Ravet rejoint la démarche de base de Cobra, celle dont ce mouvement est né.
Hélas, cette poussée artistique aussi puissante que brève (1948-1951) a été trop souvent récupérée et c’est dommage.

Quant à parler de Joseph Beuys à son propos, c’est oublier la base tragique qui « portait » l’œuvre du grand artiste allemand.

Point n’est besoin de références variables selon les saisons, Franca Ravet est et reste une artiste sincère, parfois assaillie par le doute comme le sont tous les vrais créateurs : une artiste bien dans son siècle.

Anita NARDON

Galerie Schortgen,
rue Beaumont 21
L 1219 Luxembourg

Du 24/5 au 20/6/2006
du mardi au samedi
de 10h30 à 12h30 et de 13h30 à 18h







photo : un nommé Fargo (2005)


16:26 Écrit par Anita Nardon | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.