01/11/2006

Denyse Willem

Denyse Willem

Denyse Willem Chalet de la haute nuit 2003 160X200cm

Le monde, essentiellement féminin de Denyse Willem n’est pas un pays de la douceur, ni dans les attitudes, ni dans les couleurs.

Bien que la palette soit un peu moins agressive, il reste beaucoup de chocs visuels à absorber lorsqu’on regarde les dernières toiles.

Dans des intérieurs chargés de fanfreluches ou dans des paysages qui évoquent ceux de la renaissance italienne, les personnages jouent au Paradis perdu.

Très chevelues et vêtues d’accoutrements parfois inspirés de plusieurs contes à la fois (de Grimm entre autres) les filles nues se parlent, paradent, se rencontrent aussi mais de manière plus allégorique que physiquement prouvée.

Rares sont les mâles qui se risquent dans cet Eden ambigu.

Ils se signalent par une apparence peu rassurante : l’ours brun par exemple ou le loup gris.

Il y a bien l’un ou l’autre enfant mais on ne peut pas dire qu’il soit accueilli comme un porteur de tendresse et d’espoir car dans cet univers certaines femmes règnent en maître, ordonnent et attendent d’être servies avec respect.

Un monde peu différent de la réalité quotidienne qui éclate à travers les attributs du pouvoir physique ou moral largement évoqué.

Née à Blégny en 1943 (en pleine guerre, donc), sortie de l’Académie des Beaux-Arts de Liège, l’artiste a commencé en 1965. un parcours qui l’a menée, à travers Musées et centres culturels, Foires Internationales et galeries de qualité jusqu’à une abondante rétrospective au Mamac de Liège en 2004.

Les œuvres récentes indiquent clairement la volonté de l’artiste de poursuivre une œuvre très personnelle et sans équivalent aux cimaises, c’est poursquoi il serait regrettable de ne pas voir la présente exposition.

Anita NARDON

Mineta Contemporary,
rue des Minimes 32,
1000 Bruxelles
tel 02 512 27 26

Du 5/10 au 25/11/2006
du mercredi au samedi de 14h à 18h



17:06 Écrit par Anita Nardon dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.