02/03/2007

 HERVE DI ROSA

HERVE DI ROSA

©Di Rosa, Vietnam, 1995

Né à Sète en 1959, il s’est lancé dans l’aventure autour de 1980. Ils étaient quatre au départ, quatre fous de couleur et leur aventure continue (individuellement).

Mais Hervé di Rosa a voyagé et vécu partout de Cuba au Vietnam et exposé en abondance pour défendre ses idées d’intégration totale par l’art.

En 2000, sous l’impulsion d’Hervé di Rosa, s’ouvre à Sète le Musée International des Arts Modestes.

On aurait pu en créer un chez nous, il y avait de quoi.
Un exemple : dans mon enfance, la une confiturerie mettait ses produits dans des bols (récupérables). Les bols cassés lors de la fabrication étaient jetés en tas à disposition de tous. Toutes les cuisines entre Soignies et Enghien étaient « carrelées » avec ces morceaux que l’architecture moderne nomme « cassons » et facture très cher.

Mais Hervé di Rosa est un grand voyageur curieux de tout. Il a séjourné dans différents lieux et toujours, il s’est approché de l’art populaire, celui qui témoigne.

Au Botanique, il présente son Afrique, non pas dans des pays dessinés par des conquérants travaillant à l’équerre mais en se basant sur des ethnies, des traditions, en bref, sur le véritable héritage des peuples Les artistes montrent leur village enfermé dans une sorte de coupe menacée par le colonialiste ou la bête errante qui fait peur la nuit. Et pour nous conter ce voyage réellement initiatique,

Hervé di Rosa a emprunté toutes les techniques des peuples traversés, cela va de la peinture sous verre aux fils tressés et de la fonte de métaux au bois gravé.

Rehaussée de pièces en provenance du Musée de Tervuren, haute en couleur, l‘exposition di Rosa déborde de chaleur humaine. C’est une exposition rare, accueillante et véritablement ouverte à tous et qu’il faut voir toutes affaires cessantes.

Anita NARDON

Le Botanique,
rue Royale 236,
1210 Bruxelles

du 15/2 au 8/4/2007
du mardi au dimanche de 11h à 18h

A voir à la Galerie du Botanique,
une remarquable Carte Blanche à Art en marge
sans oublier les Dirosateliers, surprenants.


11:33 Écrit par Anita Nardon dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.