01/05/2007

Kendell Geers, une histoire terrible

Kendell Geers, une histoire terrible

16b GEERS-FuckFace

Il est né en Afrique du Sud en 1967, au sein d’un pays aux prises avec une déchirure profonde dont on sait qu’elle a conduit à une folie meurtrière. Cette existence va marquer à jamais cet enfant « trop blanc » descendant d’Afrikaners.

Révolté, emprisonné, il fuira vers New York. où il sera l’assistant de Richard Prince. Rentré dans son pays en 1990, il l’a quitté définitivement pour vivre à Bruxelles mais son passé le suit et tout son art en est imprégné.

Dans le très grand lieu du BPS 22 qui, à chaque exposition change de visage, on trouve tous les éléments d’une histoire terrible au niveau humain.

Le lieu et la ville où il expose sont considérés par l’artiste pour créer un environnement complexe et lisible à la fois. Les origines de Charleroi, ville fondée par Charles II d’Espagne à sa propre gloire et dans laquelle il ordonna un immense autodafé (1666), le fait que la ville abrita deux des membres de la Bande à Bonnot plus le passé industriel (verre et métallurgie) sans compter les événements récents, toutes ces données ont inspiré l’artiste de manière magistrale.

L’installation est «parlante » à plus d’un titre. Vidéos chocs, interprétations de gestes d’assassinats ou d’émeutes, voiture qui brûle, tout conduit à une image de la violence souvent mariée au sexe. Il y a d’autres sources comme l’évocation des CCC ou une prise de position de l’artiste qui se dit poseur de bombe. Il déclare qu’en Afrique : les artistes d’avant-garde sont les guerillerons urbains qui luttent pour notre liberté. Voilà pourquoi sa conclusion est à la fois universelle et intemporelle : aluta continua !

Anita NARDON

BPS 22n
site de l’Université du Travail,
Bd Solvay 22
6000 Charleroi

Du 17/3 au 3/6/2007
du mercredi au dimanche de 12h à 18h

en coproduction avec le SMAK de Gand
où un second volet de l’exposition a lieu du 21/4 au 28/8



18:57 Écrit par Anita Nardon dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.