02/09/2007

Alain Winance face à son paysage intérieur.

Alain Winance face à son paysage intérieur.

Winance 01

On est loin de ce virtuose de l’indigo qui offrait des fruits, des vases et toute la chaleur d’un intérieur hospitalier. Alain Winance (Tournai 1946) s’est tourné vers le large, non sur une côte touristiquement aménagée mais vers un de ces endroits où seul un artiste entêté rêve de planter son chevalet.

Il aime ces bouts de continent où la terre et la mer se fondent, où la lumière est « entre le ciel et l’eau » comme l’écrivait Aragon. De son escapade, Alain Winance rapporte des croquis enlevés entre le vent qui se lève et un ciel menaçant, des sortes d’instantanés pour capturer la vie.

Le travail en atelier ajoutera des notes légères qui ne définiront pas la vision, ce ne sera jamais un « paysage » mais une transposition totale d’un infini brisé par quelques pieux plantés par l’homme et des plaies infligées par les marées de syzygie mais cela restera avant tout la vision d’un véritable chantre de la lumière qui lit dans ces accidents côtiers des signes d’un écriture intemporelle, d’un message que les vagues véhiculent dans leurs éternels mouvements.

Il suffit d’un galet pour ponctuer l’étendue et quelques bancs de sable pour montrer les marches d’un escalier vers l’infini.

Longtemps professeur de gravure, Alain Winance est revenu entièrement à la peinture, il la vit comme on donne la vie, dans un engagement total et sans retour.

Anita NARDON

Galerie 2016,
rue des Pierres16,
1000 Bruxelles
tel 02 502 81 16

du 13 sept au 20 oct 2007
du jeudi au samedi de 13h to 18h30


14:11 Écrit par Anita Nardon dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.