01/11/2007

Claude Génisson

Claude Génisson

genisson 2 (1)

“Maître des réalités et des secrets”, disait Thomas Owen. Alain Viray parlait de fatale séduction tandis que le grand Arturo Schwartz l’insérait entre Art et Alchimie ; alors où faut-il le situer ?

Une peinture lente et toujours aboutie, telle est l’œuvre de cet artiste peintre avare de ses toiles et de ses gouaches, car Claude Genisson capte et reproduit jusqu’au moindre détail d’un monde qu’il a visualisé longtemps avant les constats « officiels ».

Dans des paysages noyés ou envahis par une désertification que l’on dénonce en 2007 mais qui date de longtemps, Claude Genisson poursuit sa quête de l’image révélatrice. Il entraîne son visiteur vers des vallées étouffées de sable où subsistent ici et là quelques silhouettes de pendus. Parfois il n’y a personne rien que l’appel pervers d’un endroit dangereux.

Entre les paysages noyés et les demeures abandonnées au vent ravageur, on découvre aussi quelque visage né d’un cauchemar de fin de nuit.

Et pourtant, tout est calme, représenté avec sagesse et réflexion et on entre dans cet univers d’ailleurs qui touche par le rappel de lectures anciennes et plonge dans un futur menacé.

Hyperréaliste précis, artiste au métier sûr, Claude Génisson (1927) explore la lenteur, travaillant de longues heures pour que l’ombre soit parfaite et le rocher plus menaçant, approfondissant la cruelle invasion des eaux et du sable pour découvrir parfois un lieu secret où stagne encore un reste de bonheur car, s’il est visionnaire, il n’est jamais prophète de malheur.

Son exposition est une invitation à pénétrer dans le domaine du non-dit, rien qu’une invitation à plus de réflexion et de retour sur soi dans une époque de violence.

Anita NARDON

Galerie Albert Ier,
rue de la Madeleine 45,
1000 Bruxelles

Du 9/11 au 2/12/2007
du mardi au samedi de 13h à 19h
dimanche de 11h à 13h


18:33 Écrit par Anita Nardon dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.