01/11/2007

Didier Mahieu

Didier Mahieu

mahieu4

C’était à Mons, en 1987, et dans l’article publié à l’époque j’écrivais : Didier Mahieu (25 ans) me semble digne d’intérêt à plus d’un titre…
Cet article, je ne l’ai jamais regretté car, contrairement à beaucoup d’artistes, il ne m’a jamais déçue.

Beaucoup de bonnes expositions ont suivi, l’homme est maintenant professeur titulaire de peinture à l’ESAPV de Mons mais l’artiste n’a pas changé, sa sensibilité non plus.

Depuis des années, il explore des souvenirs, des traces si minces que beaucoup les négligent. Partant de ces ombres de souvenirs, il fait naître l’émotion. Avec des dessins raffinés mais jamais appuyés, des installations d’objets délicats qui n’envahissent rien et des bouts de photos ou de films, il crée un univers qui nous atteint tous car il parle à l’homme universel, au pêcheur des mers du sud comme au financier de la City.

Durant une longue période, il a évoqué la vie d’une femme disparue dans la tourmente de la guerre, vie réinventée, imaginée, vraisemblable mais pas forcément vraie et en cette année 2007, il part d’un bout de film et continue à dérouler le long ruban de la mémoire. Une musique très connue, des dessins et des photos sans sujet nettement perceptible racontent.

Encore une fois, le visiteur est piégé dès qu’il entre dans le domaine de Didier Mahieu, il se sent voyeur, il découvre le jeu d’attitudes, un visage et compose une nature morte au départ d’un geste de fin de repas lorsque les reliefs dans l’assiette inspirent une nature morte.

Il y a une exploration en profondeur de la personnalité que ce soit Anna Spiegelman, la disparue emblématique, ou les Eve(s) de la présente exposition et, surtout, il y a la mise à nu des émotions esthétiques que le monde actuel a oubliées et que Didier Mahieu nous restitue avec beaucoup de finesse et de poésie.

Anita NARDON

Institut Supérieur du langage plastique,
Bd de Waterloo 31,
1000 Bruxelles

DU 5/10 au 1/12/2007
du lundi au samedi de 11h à 17h30


18:43 Écrit par Anita Nardon dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.