01/11/2007

Pierre Lefèbvre, un certain regard

Pierre Lefèbvre, un certain regard

Lefebvre 01

La plupart des gens qu’on croise dans la rue seraient incapables de citer quelques détails de leur environnement quotidien. Ils voient mais ne regardent pas ! Pierre Lefèbvre regarde, observe et note les détails de la réalité, tout l’intéresse. Il a regardé de près les supermarchés, les panneaux publicitaires qui nous emplissent la vue et il a il noté, sans ajouter le détail qui plaît, au contraire, on pourrait dire « ni fleurs, ni couronnes ».

Toiles et dessins à l’encre, on disait naguère « des lavis », qu’il les traite comme de la photo, il a le regard d’un objectif sans en avoir la froideur calculée.

Et ainsi défilent les arrêts de bus avec leurs sièges en matière plastique, les terrains vagues devant des immeubles à appartements qui ont tout du « clapier social » et les sacs poubelles qui gisent un peu partout en montrant leur panse blanche (en principe).

Il y a des années, les muralistes et les réalistes voulaient mettre le social partout, les Deltour, Dubrunfaut, Somville ou Goldmann « (d)écrivaient » la vie sur les murs. Pierre Lefèbvre l’amène dans votre salon, aux dimensions des logements actuels et il vous donne à voir (comme on dit) ce que vous auriez dû remarquer depuis longtemps.

Si les Peintres Témoins de leur Temps existaient encore je voterais pour y inclure Pierre Lefèbvre.

Anita NARDON

galerie du Drapeau Blanc,
rue Sylvain Guyaux 3,
7100 La Louvière

DU 18/10 AU 24/11/2007
du mercredi au samedi de 13h30 à 18h30


18:48 Écrit par Anita Nardon dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.